Faciliter l’accès au crédit mutuel pour des groupes de femmes au Kenya

Une présentation complète est téléchargeable (lien en bas de page)
Les bidonvilles sont les zones les plus peuplées au Kenya et les prévisions démographiques laissent entrevoir le doublement de la population d’ici dix ans. Dans ces bidonvilles où la collecte municipale des ordures est très déficiente voire inexistante, les ordures s’accumulent jusqu’à des niveaux dangereux pour la population comme pour l’environnement. Cependant, ces bidonvilles offrent également des logements peu onéreux et des opportunités pour s’en sortir financièrement, par exemple grâce à la création de Chamas par des groupes de femmes. Ces Chamas fonctionnent par le biais de sommes mensuelles que chaque membre dépose sur un compte bancaire commun. Les membres empruntent ensuite à tour de rôle la totalité de la somme. Ce système propose ainsi un mécanisme d’épargne et de crédit important.

Dans le passé, de nombreux économistes du développement ont vu dans les Chamas africains une institution tribale archaïque vouée à disparaître avec l’apparition des systèmes bancaires modernes. Pourtant aujourd'hui, ils sont florissants et représentent un mécanisme majeur d’accès au crédit pour les communautés.

Au-delà du partage des richesses, l'appartenance à une Chama est un critère d'éligibilité aux prêts utilisé par les institutions de micro- finance et les coopératives de crédit.

Les Chamas font cependant face à deux problèmes majeurs :

  • La volatilité : les membres des Chamas vivent dans une situation où l'argent est incroyablement rare avec des revenus connaissant de fortes variations saisonnières.
  • Des taux d'intérêt prohibitifs : quand les Chamas accèdent aux prêts de banques ou de micro-finance, ces taux d’intérêts mènent souvent à l’échec du groupe.

En lieu et place de prêts bancaires, ce projet servira à créer un système de crédit mutuel (ou Crédit Chama, CC) qui procurera ce service sans taux d’intérêt. Chaque membre de Chama disposera d’un compte qui sera alimenté en CC. Ces crédits seront utilisés pour échanger des biens et des services entre membres de Chamas, sans être convertibles en monnaie nationale. De ce fait, les CC sont garantis par les services et les biens des membres.

Les Chamas ont une solide organisation de la gouvernance, un statut légal et une grande expérience des finances de groupe et des prêts. Ils sont habituellement constitués de femmes aînées, souvent propriétaires de leur propre entreprise. Pour toutes ces raisons, les Chamas constituent une organisation idéale pour émettre du crédit mutuel.

Ce projet se base également sur la mise en place d'une plateforme d'échange par sms, des formations et la création de matériel adapté.

La mise en oeuvre de ce projet améliorera les conditions socio-économiques et contribuera au développement de la communauté par de nombreux aspects :

  • En connectant les communautés à leur propre abondance
  • En donnant aux entrepreneurs l'accès aux prêts
  • En fournissant des mécanismes communautaires de financement des services sociaux
  • En accroissant les échanges et les commerces locaux
  • En créant des outils de développement en partenariat partout dans le monde
  • En accroissant la stabilité et la rentabilité de plus de 200 entreprises locales gérées par des femmes
  • En créant des moyens durables de collecter les ordures ménagères et d'assurer d'autres services d'intérêt collectif dans 3 villages du bidonville de Kongowea
  • En réduisant l’incinération des ordures ménagères qui altère actuellement la santé de plus de 20 000 personnes dans ce bidonville
  • En créant la stabilité financière et la sécurité des emplois dans ce bidonville

La première partie de ce programme, intitulée Eco-Pesa, s’est terminée en 2011. Community Forge souhaite initier la deuxième phase de ce projet en permettant aux Chamas de créer leur propre système de crédit par SMS afin de pérenniser les bénéfices économiques, sociaux et environnementaux.

Nous recherchons environ financement pour développer et mettre en oeuvre ce projet pendant un an. Ensuite, les logiciels, processus et matériaux développés seront open source et gratuit pour toutes les communautés dans le monde. Si vous souhaitez nous aider afin de réaliser ce projet, faites un don ou cliquez sur Paypal ci-dessous.

Contacts

  • en France
  • au Kenya
  • Le programme décrit dans cet article débute en ce moment au Kenya !! voyez la brève sur la première réunion.
  • Vous trouverez plus d'informations sur la première phase du projet ici : des photos, des vidéos, un article scientifique, et une brève
  • Fichier attachéTaille
    CForge-Food-Kenya-fr-december-091212.pdf1002.7 Ko